posté le 14-02-2014 à 10:22:00

Saint Valentin : avant la fête commerciale, un beau symbole

 

 

 

 

Depuis bientôt huit ans que nous nous connaissons, mon mari et moi, nous avons toujours plus ou moins fêté la saint Valentin, en essayant malgré tout de fuir son aspect commercial. Pour commencer, pas question de mettre les pieds au resto ce jour-là, trop de monde, trop de menus imposés (et trop chers aussi...). Soit on se fait un petit repas sympa à la maison, soit on sort un autre jour. On se fait parfois un petit cadeau, parfois non. Cette année, on a décidé de garder nos sous pour une autre occasion, comme un petit week-end en amoureux quand nous en aurons l'occasion par exemple. 

Mais on se souhaite toujours la saint Valentin. On entend partout que c'est une fête commerciale, que c'est un effet de mode, qu'il y a bien d'autres occasions demontrer son amour à son partenaire. Je suis d'accord sur ce dernier point, mais ça n'empêche pas de fêter la saint Valentin. Et oui, parce que dans tout ça, on a complètement oublié d'où venait cette fête. 

C'est à la fac, en cours d'Histoire du Moyen Age, que j'ai appris que la saint Valentin avait vraiment un sens très romantique. En réalité, le jour du 14 février était à l'époque considéré comme celui où les oiseaux recommençaient à chanter. Alors choisir cette date comme fête de l'Amour, on ne pouvait pas mieux tomber je trouve. Depuis, chaque matin du 14 février, depuis mon lit, j'écoute si j'entends chanter les oiseaux, et souvent, oui, je les entends, et ça me fait toujours sourire parce qu'il n'y pas de bruit plus agréable au réveil. Cette année, c'est un peu différent, avec les températures anormalement hautes qu'on a, j'ai l'impression de les avoir entendus chanter tout l'hiver. Mais voilà, maintenant, vous savez pourquoi j'aime la Saint-Valentin et pourquoi je la souhaite chaque année à mon homme. 

Et vous ? Connaissiez-vous cette histoire ? Fêtez-vous la saint Valentin ? 

 


Commentaires

 

1. aeterna  le 14-02-2014 à 10:46:24  (site)

comme vous, on essaie de marquer le coup mais pas de céder à la folie marketing.
J'ai prévu de faire garder les enfants demain soir et on fera ciné resto.
Je ne suis pas contre ces petits moments d'attention e de tendresse, même si c'est un peu dicté par le calendrier parce que happés par le quotidien, on ne prend pas le temps de se poser, alors c'est un bon prétexte :-)

 
 
 
posté le 11-02-2014 à 20:31:19

A peine née, déjà à table !

Je ne suis plus aussi assidue qu'avant sur le blog depuis quelques semaines et j'en suis vraiment désolée. C'est une période chargée pour moi parce que j'ai beaucoup de choses à faire, je vous en toucherai un mot (ou plus d'ailleurs) prochainement... Mais je n'oublie pas ce blog et j'ai toujours plein de trucs à vous raconter !

Aujourd'hui c'est à nouveau d'allaitement dont je vais vous parler. En fait, je vais même vous parler de la première tétée de Coquillette. Si j'ai choisi de vous en parler maintenant, c'est parce que j'ai vu plusieurs articles sur d'autres blogs ces derniers temps, dans lesquels de jeunes mamans racontent à quel point elles se sont senties désemparées à la naissance de leur bébé alors qu'elles étaient si motivées pour allaiter.

 

 

 

 

 

Je suis du genre à toujours chercher plein d'infos sur ce qui m'intéresse. Quand je suis tombée enceinte, je passais mon temps sur des sites Internet à découvrir à quoi ressemblait mon embryon de Coquillette, quels organes se développaient, si elle était capable de bouger, de voir, etc... Comme je voulais allaiter, c'est donc tout naturellement que je me suis mise à chercher des tas d'informations sur le sujet. Sur Internet, dans des brochures récoltées à la maternité, dans des livres. J'ai lu les avantages de l'allaitement, mais j'ai lu aussi ses maux. J'ai regardé des émissions, j'ai vu des témoignages de mères qui n'avaient jamais réussi à allaiter, j'ai écouté ce qui se disait autour de moi. J'en ai entendu des vertes et des pas mûres. Bref, je savais que ça risquait de ne pas être tout rose, je m'attendais à saigner, à avoir mal, à avoir un bébé qui allait peut-être refuser mon sein. Mais j'étais aussi persuadée que je pourrais passer au-dessus de tous ces maux et qu'il n'y aurait aucune raison qui pourrait m'empêcher d'allaiter. J'ai aussi une amie puéricultrice dont je vous ai souvent parlé qui m'a beaucoup conseillé sur le sujet et qui a répondu à toutes mes questions, je suis allée à la réunion d'allaitement proposée par la maternité. J'ai regardé les positions conseillées pour allaiter sous toutes les coutures pour savoir les reproduire moi-même.

Parce que c'est dans ma nature de vouloir me débrouiller moi-même, parce que quand j'ai une idée quelque part, je ne l'ai pas ailleurs, et parce que quand je me fixe un objectif, je fais tout ce qui est en mon pouvoir pour l'atteindre. Et après m'être renseignée, je savais précisément ce que je voulais : une première mise au sein dans les 30 minutes et un allaitement exclusif et à la demande. 

Et j'ai bien fait d'être plus que prête et de n'attendre aucune aide extérieure d'une sage-femme, d'une aide-soignante ou d'une puéricultrice. Parce qu'aucune aide n'est venue. Comme je vous l'ai raconté quand j'ai évoqué mon accouchement, Coquillette a choisi de venir au monde le même jour que des tas d'autres bébés. Tout le personnel de la maternité était débordé ! On m'a mis mon bébé emballé dans les bras et hop, débrouillez-vous madame, on revient vous chercher plus tard pour vous emmener dans votre chambre. Je pense que j'ai un peu dépassé les 30 minutes, mais pas de beaucoup, et dès que j'ai pu j'ai mis Coquillette au sein. Ca a été plutôt timide au départ, tant de son côté que du mien. Le tout jeune papa était à côté et m'assistait mais bon, il ne pouvait pas faire grand chose évidemment. Elle a ouvert la bouche, a pris mon sein, a tétouillé un peu, pas longtemps, mais le premier contact avait été établi, c'était l'essentiel pour moi.

Et puis on m'a ramené dans ma chambre, on m'a rapporté mon plateau repas (il y avait une tarte aux poireaux, je m'en souviendrai toujours) sur lequel je me suis jetée comme une vorace (surtout sur la carafe d'eau !). Mon homme est parti chercher les valises dans la voiture et pendant que je mangeais, Coquillette s'est mise à pleurer. J'avais les jambes encore endormies, j'étais seule, mais je me voyais mal biper quelqu'un pour autant. J'avais envie de me débrouiller, de voir si je pouvais faire ça toute seule. J'ai tiré le berceau vers moi, j'ai attrapé ma Coquillette et j'ai essayé de la nourrir. Cette fois, ça a marché du premier coup. L'aide-soignante de nuit est arrivée pour se présenter quelques minutes plus tard et n'a pu que constater que tout marchait bien : bonne position, colostrum présent, bébé qui tète efficacement. 

Je conçois que j'ai eu énormément de chance de n'avoir aucun souci (bon après j'ai saigné un peu, j'ai eu mal et j'ai eu un REF, mais ça peut quand même pas être parfait hein !) mais je crois qu'il n'y a pas que la chance qui joue. Je crois fermement que la première mise au sein dans les 30 minutes a une énorme importance et que le personnel soignant n'y accorde justement pas suffisamment d'importance, peut-être par manque de temps. Et évidemment, quand on est dans l'émotion de la naissance, on ne pense pas forcément à ça, surtout si son bébé s'est endormi tranquillement. 

Avec le recul, je suis contente de m'être débrouillée sans aide extérieure. Ce moment est resté magique, sans que je me fasse tripatouiller les seins par une inconnue, et n'appartient qu'à nous deux. Si j'avais donc un conseil à donner aux futures mamans qui veulent allaiter, ce serait donc de se renseigner à fond, de ne pas lire que de beaux témoignages d'allaitements réussis, de se préparer au pire pour savoir comment réagir face à un bébé qui refuse le sein par exemple et de définir précisément quel genre d'allaitement elles veulent. Si vous voulez une première mise au sein dans les 30 minutes, n'attendez pas que quelqu'un vous le propose, exigez-le, prenez les devants. Vous en avez le droit, c'est VOTRE bébé. 

 


Commentaires

 

1. poupoulebb80  le 11-02-2014 à 20:57:55  (site)

Je suis totalement d'accord avec la dernière phrase de ton article. La première tétée, il faut l'exiger! L'un de mes plus grands regrets est d'avoir attendu 3 heures avant de mettre Petit Brocoli au sein! J'attendais qu'on vienne m'aider!!!
Avec le recul, je me dis que pour le prochain ce sera bien différent!
Cotcot

2. ombellina  le 11-02-2014 à 21:02:27  (site)

Coucou,

Moi aussi, j'ai tout lu de partout, afin de faire de la naissance de mes enfants une réussite.
Je voulais allaiter, c'était une évidence même, les commentaires ou expériences négatives n'ont pas eu une influence quelconque sur mon choix.

Contrairement à toi, j'ai été aidée pour la naissance de ma fille (elle avait le frein de la langue trop court, ce qui a causé de petits soucis au démarrage).
Par contre, elle a eu le colostrum dans les 30 min.

Pour mon fils, à peine sorti du ventre, je l'ai pris dans mes bras et je l'ai mis au sein, sans difficultés (il a vite compris lol).

Il me semble avoir déjà donné mon avis sur l'allaitement dans un de tes sujets, donc je ne vais pas le rajouter dans ce commentaire.

Je ne regrette pas d'avoir donné le sein, même si parfois, j'ai rencontré des petits désagréments.
En effet, j'ai eu un REF, maîtrisé par la suite, puis une mammite, qui ne m'a pas tuée lol... malgré la douleur, j'ai continué mon allaitement et ensuite, j'ai fait tout ce qu'il fallait pour éviter que cela ne se reproduise ; éviter le trop-plein de lait et les engorgements a été efficace.

Belle soirée.

3. aeterna  le 13-02-2014 à 11:25:40  (site)

J'ai réussi parfaitement mon premier allaitement, bon passé 4 mois je ne produisais plus assez et je recommencais à travailler, 'jai donc sevré en douceur.
Par contre pour n° 2 , son reflux et le temps du diagnostic ont été si long que ca a fait capoté ma lactation.
Ses pleurs m'ont de toutes façons tellement épuisée que ca ne pouvait pas continuer. 2mois et demi à tout casser.
Je n'ai pas eu le REF, mais d'autres petites misères .....
(parenthèse suite à la lecture de ton article sur le ref, les selles vertes des bébés c'est un excès de sucres, c'est pas méchant mais ca signifie que bébé ne prend que le début de la production du sein et ne tête pas assez longtemps. Puisque lorsqu'on allaite, le sein délivre un lait riche en sucres au début de la tétée puis riche en lipides à la fin.)

 
 
 
posté le 09-02-2014 à 08:57:40

L'astuce du dimanche #11

Vous donnez quoi en dessert à vos petits loulous ?

Pour ma part, j'ai commencé par donner à Coquillette des yaourts nature au lait entier, des fromages frais (petits suisses) et de temps en temps, les mêmes compotes que celle que je cuisine pour ses goûters. Et puis un jour, il me restait un petit peu de compote et un petit peu de yaourt. Je me suis dit : "bah, pourquoi pas mélanger après tout ?". Et ben le résultat était parfait ! (Oui, j'ai goûté)

Je fais donc maintenant régulièrement des yaourts aux fruits pour ma fille avec cette technique et non seulement elle aime énormément, mais en plus, pouvoir faire des parfums originaux est un gros avantage je trouve ! Par exemple, il y a quelques jours, elle a mangé un yaourt poire/rhubarbe. Vous avez déjà vu ça dans le commerce vous ? Maintenant, ses desserts sont bien plus variés et en plus, cette solution est économique !

Bon dimanche à tous ! 

 


Commentaires

 

1. aeterna  le 13-02-2014 à 11:18:56  (site)

je reste au lait infantile , ma fille a 1 an mais ne digère absolument pas le lait alors pas de purées avec du lait, pas de crème pas de beurre.
Juste des compotes en dessert et quelques yaourts au lait infantile qu'elle semble assez bien digérer.

 
 
 
posté le 07-02-2014 à 20:40:05

Et dans sa tête ?

 

 

 

 

Et dans sa tête, qu'est-ce qui se passe ?

C'est la question que je me suis posée tout à l'heure, alors que Coquillette buvait le premier biberon qu'elle tenait elle-même. Alors qu'elle était assise sur mes genoux et que je soutenais ses petits bras pour que le biberon soit suffisamment incliné, je m'extasiais intérieurement et je bouillonnais de fierté face à ce tout nouveau progrès. Mais elle ? Ressent-elle cette nouveauté ? Se réjouit-elle d'y arriver toute seule, enfin ? A-t-elle réellement conscience de la différence ?

A voir son visage impassible, on dirait que non. Et pourtant, je suis sûre que parfois, elle s'étonne elle-même. Quand elle s'est retournée la première fois, quand elle va à reculons à quatre pattes, je me rends bien compte qu'elle a l'air surprise.

Mais ces suppositions ne me suffisent pas, j'aimerais rentrer dans sa tête ne serait-ce qu'une fois pour savoir ce qui s'y passe, comment elle voit les choses, comprendre ce qui lui fait peur ou ce qui la fait sourire. Les spécialistes en psychologie de l'enfant ont des théories évidemment, mais on entend tout et son contraire et on ne saura jamais vraiment ce que pensent nos bébés. 

Dommage qu'on ne puisse pas souvenir... 

 


Commentaires

 

1. aeterna  le 13-02-2014 à 11:19:56  (site)

a voir le sourire de ma belle qui marche depuis peu (le jour de son anniversaire)
je me dis qu'elle se sent fière de grandir ...
mais cela reste une interprétation ...

 
 
 
posté le 05-02-2014 à 20:40:27

Pourquoi j'ai détesté mon séjour à la maternité

Après vous avoir fait le récit de mon accouchement tantôt rose, tantôt horrible, puis des dégâts post-accouchement dont j'ai été victime, je vais sûrement vous surprendre en vous disant que pour moi, il y a eu pire que ça. En effet, le jour où je tomberai à nouveau enceinte, ce n'est ni l'accouchement qui me fera le plus peur ni les douleurs post-partum, mais c'est le séjour à la maternité.

 

 

 

 

 

Je ne mets pas du tout en cause le personnel de la clinique, surtout que la puéricultrice était la marraine de ma Coquillette hein ! Ils ont (quasiment) tous été hyper gentils, se sont bien occupés de moi et de ma fille, mais moi, je ne rêvais que d'une chose, rentrer chez moi pour être enfin un peu tranquille.

Pourquoi ?

 

1. Ma chambre était placée à côté du bureau des infirmières. Résultat, à chaque fois qu'une patiente bipait pour qu'on vienne la voir, c'est-à-dire souvent, en particulier la nuit, je l'entendais comme si c'était dans ma chambre que ça sonnait. Evidemment, Coquillette aussi l'entendait. Vous l'avez compris, je n'ai pas beaucoup dormi pendant quatre nuits d'affilée. Et c'est très très long.

2. Le travail des infirmières implique notamment qu'elles doivent venir vous voir très tard le soir ou très tôt le matin. Bien sûr, au moment où vous vous êtes enfin endormi, logique. Et quand on n'a pas dormi depuis trois jours, se faire réveiller à 5h du matin pour une prise de sang par une stagiaire qui n'arrive pas à trouver vos veines et vous annonce qu'elle va devoir vous piquer au poignet et que ça va faire mal, ce n'est pas très agréable.

3. Dormir en journée, ce n'est pas possible non plus. Le matin, vous avez la visite des infirmières pour vous, de la pédiatre et de la puéricultrice pour votre bébé, vos repas arrivent pas toujours au meilleur moment et l'après-midi, vous devez affronter les visites.

4. Justement, les visites, j'y viens. Toutes les femmes ne les voient certainement pas de la même façon mais moi, je ne me réjouissais pas d'en avoir. Quand on est épuisée, qu'on a mal partout, qu'on doit sortir son sein toutes les 10 minutes alors qu'on n'est pas encore à l'aise avec ce geste, c'est difficile de devoir faire bonne figure face à la famille et aux amis. Difficile aussi de devoir affronter la fameuse cérémonie des cadeaux : ouvrir les paquets, se réjouir de la robe ou du doudou qu'on découvre, faire des grands sourires, remercier. Trop fatigant tout ça ! Et on a vraiment la tête à autre chose. Autre difficulté : le conjoint ne comprend pas toujours ce point de vue, lui qui a passé la nuit dernière dans son lit, dans le silence, et qui n'a pas accouché il y a moins de 48h !

5. Là ça va faire cliché mais les repas, ce n'est quand même pas ce qu'il y a de meilleur hein ! J'en profite pour vous raconter pourquoi je me suis tapée la honte, un midi. Les assiettes étaient servies avec un couvercle en plastique rigide sur le dessus pour conserver la chaleur. Sauf qu'une fois, avec la vapeur, je n'ai jamais réussi à enlever le couvercle qui s'était ventousé sur l'assiette. J'ai essayé pendant 15 minutes avant de me décider à biper une infirmière. Elles s'y sont mises à deux, après avoir rigolé, et n'ont pas réussi non plus (ouf, mon honneur était sauf !). J'ai eu droit à une nouvelle assiette.

6. On n'est jamais tranquille car on sait que quelqu'un peut débarquer à tout instant. Je vous explique. Parfois, j'étais seule, Coquillette dormait et j'avais envie d'aller aux toilettes sauf que la salle de bain avait genre une porte blindée et que si je la fermais, je risquais de ne pas entendre Coquillette et de continuer à faire tous mes soins tranquillement pendant qu'elle hurlait. Je devais donc laisser la porte ouverte mais si une infirmière ou autre entrait dans la chambre... coucou !!

7. Je n'ai pas du tout bien vécu le fait qu'on emmène ma Coquillette pour la piquer au talon et de l'entendre hurler à la mort. Je vous assure, j'en ai pleuré et en plus, ils ont raté et il a fallu recommencer une semaine plus tard...

8. J'avais dit que je ne dirais pas de mal du personnel soignant mais il y a quand même eu une exception avec une aide-soignante de nuit qui n'était pas spécialement qualifiée en puériculture (je l'ai su après) mais qui se permettait de donner de (mauvais) conseils à toutes les jeunes mamans. Elle m'a fait très peur pour une petite régurgitation, a rudoyé ma Coquillette pour la remettre au sein alors qu'elle venait de manger et n'avait visiblement plus faim et j'en passe. J'ai appris plus tard qu'à cause de ses conseils et manières, de nombreuses mamans avaient renoncé à allaiter dès la première nuit. 

9. Je n'avais pas pris assez de bodies, de pyjamas, de serviettes et de gants de toilette et mon homme a dû faire plusieurs allers-retours pour ramener des affaires. En plus, pas de machine à laver pendant tout le temps du séjour, j'étais complètement débordée en rentrant.

 

Bref, je suis tout à fait POUR le retour anticipé à la maison avec passage de sage-femme à domicile. J'espère pouvoir y avoir accès la prochaine fois, mais la pratique n'est pas encore très répandue. Et vous, qu'en pensez-vous ? Avez-vous apprécié votre séjour à la maternité ? Auriez-vous préféré rentrer plus tôt chez vous ? 

 


Commentaires

 

1. wolfe  le 05-02-2014 à 20:46:47  (site)

Bonsoir
Et bien dis donc, c'était pas une partie de plaisir!
C'est vrai que les hommes disent souvent qu'on se plaint et pour rien...Mais il n'ont pas eut à porter l'enfant, le mettre au monde et en plus avoir mal partout et ne pas pouvoir dormir...En règle générale, pour les accouchements suivants on reste encore moins longtemps à la maternité...évidement si tout est normal!
Bisous

2. Cécé from Aix  le 05-02-2014 à 21:57:28

Bonsoir,

Si j'avais un point négatif à souligner concernant mon séjour à la maternité, cela serait les discours contradictoires des sage-femmes sur l'allaitement. Ca peut vite pertuber une jeune maman primipare (comme moi).

Bonne soirée

Cécé

3. mamanh24  le 06-02-2014 à 09:06:20  (site)

Ce n'est pas la première fois que j'entend parler de ce genre de discours contradictoires Cécé. Alors là, moi, pour le coup, je n'en ai pas eu du tout parce que tout le monde était débordé. Il a fallu que je me débrouille mais cela fera l'objet d'un autre billet prochainement !

4. Mama Loca  le 06-02-2014 à 11:05:20  (site)

Ah je suis tellement d'accord avec toi!
Le bruit, les passages incessants c'est épuisant alors qu'après un accouchement et avec un bébé qui pleure souvent on est déjà HS.
Les visites moi aussi me pesaient.
Et encore j'étais en chambre simple, j'imagine pas la fatigue supplémentaire en chambre double!!
J'y suis restée 10 jours en j'en avais trop marre, par contre en rentrant chez moi ça me manquait d'être chouchoutée par le personnel soignant et puis le fait de ne pas avoir à faire à manger aussi ça me manquait ^^

5. frootloops  le 06-02-2014 à 11:59:40  (site)

Perso j'ai pas vraiment apprécié ce séjour de 4 jours. Déjà j'étais en chambre double donc l'intimité on repassera, de mon côté j'avais demandé à ne pas avoir trop de visites mais ma voisine elle était tout le temps envahie par les visites. La chambre faisait la taille d'une chambre simple dans les cliniques donc il faisait super chaud avec tout le monde... Les douches étaient dans le couloir donc une vraie galère pour y aller, il fallait confier bébé à la voisine. Quant au repas c'était juste immonde mais même en temps normal je suis super difficile et en fait je n'avais plus aucun appétit donc ça ne m'a pas dérangé plus que ça.

6. Top Produits Bébé  le 06-02-2014 à 12:39:51  (site)

Je partage ton point de vue, j'ai détesté mes séjours à la maternité, d'ailleurs je ne suis jamais restée plus de deux jours là-bas ! Moi l'horreur c'était que dans cette mater de niveau 3 les chambres étaient quasiment toutes doubles et les chambres particulières étaient réservés aux mamans de multiples ou qui avaient eu une césa. Bref je suis tombées sur des voisines horribles qui ronflaient, dont les bébés hurlaient quand le mien venait de s'endormir, et qui recevaient des visites presque non stop pendant l'aprèm et moi j'avais les nichons à l'air toutes les demi heures pour allaiter il n'y avait qu'un pauvre rideau entre nos deux lits argh l'horreur, c'était l'horreur ! En plus la pédiatre voulait que je donne le bib elle était anti allaitement et me faisait du chantage pour me garder plus longtemps car forcément bébé prend moins vite de poids en étant allaité qu'en étant biberonné mais j'ai tenu bon, notamment grâce aux puéricultrices qui me soutenaient !

7. mamanh24  le 06-02-2014 à 12:45:35  (site)

Ohlala vous avez bien trinqué aussi toutes les deux ! Mama Loca, 10 jours ! ça a dû te sembler une éternité !!
Frootloops, les douches dans le couloir, c'est dingue ! je crois que je me serais enfuie lol ! Quant aux repas, difficile ou pas, je crois que c'est toujours immonde. Même le pain, on dirait qu'il date d'il y a une semaine.
En ce qui concerne les chambres doubles, c'est une des raisons pour lesquelles j'ai choisi une clinique privée plutôt que l'hôpital juste à côté de chez moi. ça doit être assez pénible, surtout en fonction de notre voisine de chambre...

8. mamanh24  le 06-02-2014 à 12:52:02  (site)

Top Produits Bébé : dis-donc, tu n'as pas eu de chance de tomber sur une pédiatre anti-allaitement, quelle idiote (pour pas dire autre chose) ! Heureusement que tu as tenu bon, il y en a d'autres qu'elle a dû décourager...

9. babymeetstheworld  le 06-02-2014 à 13:55:06  (site)

je n'ai pas trop aimé mon séjour à la maternité pour un peu les mêmes raisons ! sauf que du coup ici en Espagne ou je vis on ne reste que 2 jours à l'hopital ! ce qui est pour moi largement suffisant quand tout se passe bien ! Alors ça peut paraitre bizarre pour certains de rester aussi peu mais pas pour moi. c'était très bien ainsi et nous étions beaucouuuuuuup mieux à la maison ! si je devais accoucher en France et devoir rester 4 jours je crois que je le vivrais très mal !

10. debby64  le 06-02-2014 à 14:49:52

Bonjour ,

J'ai connue quasiment la même chose , ma famille a respecter mes décisions concernant les visites , ma belle mère elle par contre tout les jours a l’hôpital grrr ...

concernant l'équipe médical , je vais pas me plaindre , super top ...

Dans quelques jours ou bien quelques semaines ( 2 ou 3 semaines ) je vais accouchée de mon second et j’espère que mon séjours se passera bien , je verrais bien

11. iso 9001  le 06-02-2014 à 16:44:37  (site)

bien dite
bonne chance a vous
Clin doeil1

12. mamanh24  le 06-02-2014 à 19:44:58  (site)

Et bien à mon humble avis, la France ferait bien de s'inspirer de ses pays voisins pour la durée des séjours à la maternité : 2 jours en Espagne, 24h en Angleterre. Avec un accompagnement adéquat ensuite évidemment.
Debby64, je te souhaite un bon accouchement et un bon séjour à la maternité alors ! Et d'avance félicitations pour ton boutchou !

13. aeterna  le 13-02-2014 à 11:17:15  (site)

pour ma part j'ai beaucoup apprécié mes deux séjours à la mat.
Le premier j'ai même demandé àle prolonger, je ne me sentais pas capable de rentrer à la maison, d'affronter le quotidien, les travaux, mon mari (pas facile à vivre) et ce bébé tout neuf + l'allaitement.
J'aimai bien le fait de ne rien avoir à faire hormis s'occuper de bébé et de soi. Pour te dire lors de mon premier séjour, je n'avais même pas pris l'abonnement télé !
Et côté bouffe, j'ai trouvé les menus très corrects, j'aimais bien qu'on s'occupe un peu de moi ...
Bon c'est vrai qu'on a pas trop d'intimité, mais jamais je n'ai été réveillée à 5h, hormis pour faire téter bb.
Le réveil c'était 7h30, et passé 20h30 on était plus dérangées...
Pour le second séjour, ca a été très bien aussi (dans la meme maternité).
particularité, j'ai choisi cette petite maternité pour 1 sa taille humaine (25 chambres) et parce que toutes les chambres sont individuelles ! C'est un vrai plus !
Finalement ce que j'ai moins aimé ce sont les visites de nos familles , bizarre hein !!

14. sam la luciole  le 11-03-2014 à 12:33:20

J'attends bébé 2 pour mai , et si il y a une chose que je redoute c'est le séjour en maternité. Après avoir été oublié par les sf de nuit , trop de monde qui veut accoucher le même soir + maternité en travaux donc seulement 2 salles d'accouchement et 1 jours sans manger ( une pensée pour la femme qui s'occuper des petits dej et qui a vu que j'étais morte de faim et m'a filé un thé et 2 biscottes lol) bref , le lendemain de mon arrivée pour poche des eaux percée , 15h en salle de travail avec les marteaux piqueurs youhou !!! finalement petit loulou est la et en bonne santé , vient le moment de monter en chambre , << Madame il nous reste que des chambre double et vous serez coté porte >> o_O (hein mais heu non c'est pas possible ) résultat j'ai partagé une chambre ou il n'y avait qu'un wc et un lavabo pour 2 ,la douche sur le pallier , pas de table à langer et je pouvais à peine coincer le petit lit de bébé au pied de mon lit , j'avais convenue avec mes proches des courtes visites et peu de monde pour qu'on prenne nos marques , et qu'on inviterai petit à petit à notre retour à la maison pour les amis. Et ils ont tous compris , le bémol bein me voici en train de tirer mon lait et voila 20 personnes qui défilent en me regardant le sein accroché à une machine ( grosse jaunisse pour doudou incapable de teter) en un après midi ,sa dernière visite est arrivé à 22H !! on ne sait même pas comment ils ont pu passer les portes ! Bref le séjour a duré 7jours toujours à cause de la jaunisse intolérance au lait de mère ,j'en pouvais plus du coup j'hésite à allaiter numéro 2 par crainte de rester aussi longtemps en maternité.

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article