posté le 25-11-2013 à 17:43:22

De la purée pour elle, des muffins pour nous !

 

 

 Retrouvez cet article en intégralité sur le nouveau blog de Maman 24h/24 à cette adresse : http://mamanh24.wordpress.com/2013/11/25/de-la-puree-po…fins-pour-nous/

 

J'ai récemment craqué pour un petit livre de cuisine original qui propose, à partir d'une même liste d'ingrédients, quatre recettes : une pour les adultes, une pour les bébés de 6 à 8 mois, une autre pour les bébés de 9 à 12 mois et une dernière pour les enfants de 1 à 3 ans. A partir de 30 recettes pour les parents, il existe 160 recettes pour les petits !

J'ai trouvé le concept malin et comme je ne voulais pas tomber dans la routine avec uniquement des purées de carottes ou des compotes de pommes, j'ai investi dans ce bouquin. ("Bébé mange (presque) comme les grands" de Julie Schwob, aux éditions Larousse)

A peine l'avais-je reçu que je feuilletais toutes les pages et là, j'ai tout de suite su que ce ne serait pas un autre livre de recettes qui resterait sur mon étagère à prendre la poussière. Les recettes sont simples, ne prennent pas trop de temps et ne coûtent pas trop cher, mais sont pour autant originales. Par exemple : une calzone à l'oeuf et aux aubergines pour les parents qui se décline en purée d'aubergine au basilic pour les 6-8 mois, en caviar d'aubergine et dés de mozzarella pour les 9-12 mois et en aubergine farcie au jambon pour les 1-3 ans. Sympa, non ? Petit bonus, à la fin, il y a deux recettes de gâteau : un fraisier et une charlotte poire-chocolat, chacune avec ses déclinaisons pour les petits. Idéal pour les anniversaires !

J'ai déjà testé trois recettes, et je vous présente aujourd'hui les muffins aux petits pois (pour moi), la purée carotte-petits pois et la mousse de petits pois aux herbes pour Coquillette. 

 

Pour 6 muffins (j'en ai fait 9 en réalité):

 

Ingrédients :

- 3 oeufs

- 1 yaourt brassé

- 2 cuillères à soupe d'huile d'olive

- 1/2 carotte

- 125 g de farine

- 1/2 sachet de levure chimique

- 100g de petits pois frais ou congelés

- 5-6 brins d'herbes fraîches au choix (coriandre, persil, ciboulette, estragon, etc...) 

- sel et poivre

 

La recette :

- Préchauffez le four à 180°C (therm.6)

- Battez les oeufs en omelette et mélangez-les avec le yaourt. Ajoutez l'huile d'olive, salez et poivrez. Pelez et râpez la 1/2 carotte

- Tamisez ensemble la farine et la levure (je ne l'ai pas fait et c'était aussi bien). Incorporez petit à petit à la préparation aux oeufs. Ajoutez les petits pois, la 1/2 carotte et quelques feuilles d'herbes.

- Répartissez la pâte dans des moules à muffins beurrés (s'ils en silicone, ne les beurrez pas). Faites cuire 30 minutes, laissez tiédir avant de démouler.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Coquillette (c'est-à-dire pour les 6-8 mois) :

 

Purée carotte/petits pois

Faites cuire au four, dans une papillote, une 1/2 carotte (50g) en dés et 50g de petits pois pendant 20 minutes, en même temps que les muffins. Mixez finement.

Mousse de petits pois aux herbes

Faites cuire dans une papillote, 100g de petits pois avec 2 cuillères à soupe d'eau, 20 minutes, en même temps que les muffins. Moulinez avec 2 cuillères à café de yaourt. (Là je me demande s'ils n'ont pas oublié de parler des herbes de l'intitulé mais bon) 

 

 

 

 

 

 

Verdict : les muffins ne sont pas à tomber par terre mais ils sont quand même très bons et très jolis à présenter (surtout dans mes petits moules chats, qu'est-ce que vous en dites ??) 

La recette était ultra simple à faire et m'a pris moins de vingt minutes (hors cuisson évidemment). Je me suis entaillé le doigt avec mon couteau en céramique en découpant la carotte mais ça, c'est une autre histoire... 

 


Commentaires

 

1. wolfe  le 04-12-2013 à 21:38:03  (site)

Bonsoir
Désolée, cela fait un moment que je ne suis pas venue mais c'est un peu difficile en ce moment de venir faire un petit coucou à tout le monde!
Bisous

 
 
 
posté le 25-11-2013 à 10:06:22

Qui devrait avoir honte ?

 

 

Retrouvez cet article en intégralité sur le nouveau blog de Maman 24h/24 à cette adresse :  http://mamanh24.wordpress.com/2013/11/25/qui-devrait-avoir-honte/

 

Vous allez vous dire que je passe mon temps à pousser des coups de gueule mais celui-ci n'était pas prévu. Et pourtant, je ne peux pas m'empêcher de revenir sur une émission sur laquelle je suis tombée hier soir. 

Je ne suis pas une fan de Confessions intimes et de ce genre de reportages voyeuristes, je sais que la réalité y est déformée, mais j'avoue que de temps en temps j'aime bien regarder pour rigoler, quand je fais autre chose en même temps. On y voit des couples qui se déchirent, des fans de Cloclo ou du King qui font passer leur idole avant leur femme, et puis à la fin, comme par magie, tout s'arrange. C'est complètement bidon évidemment mais en général, les personnes un peu folles ou qui négligent leur entourage promettent de faire des efforts. 

Hier, le reportage sur lequel je suis tombée s'appelait "Tu m'épouses ou tu t'en vas". En voici le résumé :

"A 20 et 25 ans, entre Mandy et Nicolas rien ne va plus. Car depuis la fin de sa grossesse, Mandy accuse encore 10 kg de trop sur la balance ... Nicolas le lui reproche et a même honte de s'afficher avec la jeune femme dans la rue. Il ne comprend pas qu'elle se laisse aller. Elle ne se maquille plus, ne se coiffe pas vraiment, elle qui avant avait un look de petite poupée. Aujourd'hui le couple n'envisage pas du tout le quotidien et l'avenir de la même manière. Mandy, elle, rêve de mariage et Nicolas, lui, fuit constamment la maison."  

L'émission se passe 6 mois après la naissance de leur fille. J'ai envie de dire au mec : "ben oui, après une grossesse, tous les kilos ne s'évanouissent pas par magie!" Et avec un jeune bébé à la maison, difficile de trouver le temps de se maquiller et de se coiffer pour qu'elle ressemble à la "poupée" qu'elle était avant... Et franchement, elle est loin d'être laide ! Le mec se comporte comme un vrai salaud, n'hésitant pas à manger des chips devant elle pendant qu'il lui interdit d'en manger, refusant de l'embrasser ou de la câliner parce qu'elle est trop grosse, avouant même que s'il était avec elle, c'était pour son physique. Que l'émission soit vraie ou truquée ou ne serait-ce qu'exagérée, peu importe, j'étais persuadée que c'était le comportement du mec qu'ils allaient tenter de rectifier. Mais non ! C'est cette pauvre fille à qui sa propre mère conseille de se ressaisir ! Elle a le droit à un relooking de 2h (on a toutes 2 heures à passer le matin dans sa salle de bain, c'est évident) et là son homme accepte de l'épouser. Non mais ho, on est où là ?? Je faisais des bonds sur mon canapé ! Ben oui, parce que moi aussi, au début, après l'éccouchement, je ne me coiffais pas vraiment, je mettais un élastique (c'est pratique avec un bébé, mais ça, l'émission semble l'oublier), je portais aussi des joggings (les jeans serrés après l'accouchement c'est un peu dur de rentrer dedans quand même...) Mais si j'ai réussi à dépasser ce cap, si j'ai perdu mes kilos, c'est parce que mon homme m'a soutenue, a été compréhensif, m'a redonné confiance en moi, m'a fait à manger pendant que j'allaitais parce que sinon, vu le peu de temps que j'avais, moi aussi je n'aurais mangé que des cochonneries à longueur de journée !

Il y a beaucoup de choses à jeter dans ce qui passe à la télé, mais là, je crois que TF1 a touché le fond pour dénigrer des femmes qui accusent quelques kilos en trop parce qu'elles ont donné la vie et se consacrent corps et âmes à leur bébé. 

Aviez-vous vu cette émission ? Qu'en pensez-vous ? 

 

 

 


Commentaires

 

1. capri  le 25-11-2013 à 10:33:03  (site)

Bonjour Sourire

Je n'ai pas vu l'émission mais vous l'avez bien résumé, je reste vraiment sans voix devant ce genre de comportements masculins. "Je l'épouse parce qu'elle est belle" , et après ? où sont les principes ? La bonté ? l'éducation ? Les valeurs qu'ils vont ensemble inculquer à leur progéniture ? Nous voilà encore devant une génération qui se fie énormément aux apparences, tandis que l'essentiel passe au second plan, ce qui est bien dommage. Merci beaucoup pour votre article, je vous souhaite une excellente journée...

2. mamanh24  le 25-11-2013 à 10:55:38  (site)

Bonjour Capri !
Merci pour votre commentaire !
Non seulement ce genre de comportement masculin est honteux, mais si en plus une émission grand public cautionne ces comportements... bonjour les dégâts !
Bonne journée à vous !

 
 
 
posté le 24-11-2013 à 22:38:41

Le transat Up&Down de Beaba : une révolution pour les jeunes parents

 

 

 

Retrouvez cet article en intégralité sur le nouveau blog de Maman 24h/24 à cette adresse : http://mamanh24.wordpress.com/2013/11/24/le-transat-upd…jeunes-parents/ 

 

Je ne tiens pas spécialement à faire de la pub pour Béaba, je n'ai aucune raison pour cela, mais si je vous parle aujourd'hui d'un de leurs produits, c'est parce qu'il a été une découverte qui a facilité notre vie de parents. C'est la raison de mon article aujourd'hui.

Pour la naissance de Coquillette, ma mère nous a offert le transat Up & Down de Béaba. C'est une de ses collègues, maman de trois enfants dont un bébé, qui lui avait conseillé. Elle lui avait même dit que si elle ne devait garder qu'une chose de tous ses achats de puériculture, ce serait ce transat.

Quand je l'ai reu, j'étais encore enceinte mais comme nous étions curieux et que l'arrivé de Coquillette était imminente, nous l'avons monté tout de suite. Première impression : whaou, c'est imposant quand même. Et pas forcément très joli mais plein de promesses tout de même puisque très bien pensé : hauteur réglable, inclinaison réglable, bien sécurisé, d'apparence confortable pour le bébé, le transat peut également passer d'une position fixe à une position pour bercer l'enfant.  

Et puis Coquillette est arrivée et dès son premier jour à la maison, nous avons voulu l'y mettre. Aïe aïe aïe... Autant vous dire qu'elle n'a pas aimé DU TOUT et ça a continué pendant un bon mois comme ça. Il faut dire que ma fille était un petit format avec ses 49 cm et ses 2,950 kg à la naissance, et elle avait l'air complètement perdue au milieu de ces grandes bretelles. Nous avons donc attendu un peu avant de retenter notre chance et petit à petit, elle s'est habituée au transat : 5 minutes par-ci par-là d'abord, puis 10, puis 15... Et au fur et à mesure, le transat est devenu indispensable. Nous l'emmenions partout avec nous, Coquillette y faisait sa sieste, nous l'y installions pendant que nous étions à table ou que nous faisions la vaisselle pour qu'elle soit à notre hauteur. D'ailleurs, nous n'avons pratiquement jamais changé la hauteur du transat, toujours placé le plus haut possible pour que ma fille puisse voir tout ce qui se passait autour d'elle. 

 

 

 

 

 

Quand des amis ou de la famille venaient nous rendre visite, leur réaction était toujours la même, en deux temps : "c'est quoi ça ??". Et une fois les explications données : "mais c'est trop bien !!" 

Le transat ne peut normalement pas être utilisé après 6 mois mais Coquillette y va encore de temps en temps, même si lorsque nous sortons à présent, nous emmenons plutôt sa chaise haute parce qu'elle est plus adaptée à son âge. 

Bientôt, nous ne l'utiliserons plus du tout. Mais nous le nettoierons et le rangerons soigneusement pour un éventuel prochain bébé parce qu'effectivement, ce transat a su se rendre indispensable pour nous, sa taille imposante et son look se sont fondus progressivement dans le décor de notre salon et nous avons pris le coup de main pour le démonter puis le remonter afin de le transporter lors de nos déplacements. 

Et vous, l'avez-vous testé ou connaissez-vous un produit similaire ?

Tags: #transat
 


Commentaires

 

1. emma june  le 25-11-2013 à 12:03:12  (site)

Testé et approuvé ici aussi!
Pas eu du tout de problème d'adaptation pour MisterBB, il a adoré dés le début pouvoir nous voir "à hauteur" et moi pareil pour le prendre et puis du coup, pas dans les courants d'air.
On l'a utilisé bien + que 6 mois (je crois que la limite est en kg pas en age).
Franchement, moi aussi je le recommande.

2. mamanh24  le 28-11-2013 à 11:06:52  (site)

Bonjour emma june !
Tu as peut-être bien raison pour la limite en poids et non en âge. A force de voir des limites partout, je finis par m'embrouiller ! De toute façon, ça ne m'a pas empêchée de continuer à utiliser le transat. A l'heure où je t'écris, Coquillette s'est endormie dedans !
Bonne journée !

 
 
 
posté le 23-11-2013 à 23:30:56

Le congé parental : un choix de vie qui a un prix

 

 

Retrouvez cet article en intégralité sur le nouveau blog de Maman 24h/24 à cette adresse :

http://mamanh24.wordpress.com/2013/11/23/le-conge-paren…-qui-a-un-prix/ ‎ 

 

 

C'est un petit coup de gueule que je voudrais pousser aujourd'hui contre une phrase que j'ai entendue des dizaines de fois depuis que je suis maman en congé parental.

Pour que vous compreniez dans quelle situation je me trouve, je vous en réexplique les détails. J'ai un travail qui me plaît, mais qu'on pourrait qualifier de travail/passion : il prend une énorme place dans ma vie, en terme d'investissement et de temps, le jour comme la nuit. Je n'ai pas d'horaires, j'ai sans cesse des imprévus. Le téléphone sonne même quand je suis à la maison, en repos, en vacances. J'ai des collègues qui ont des jeunes enfants et qui ont continué. Je les ai entendues maintes fois parler de leur vie, et même si ça n'a pas l'air de les déranger plus que ça, je ne voulais absolument pas me retrouver dans leur situation. Pas pour moi, mais pour ma fille. Un bébé a besoin d'un rythme, de stabilité, de se coucher tous les soirs à peu près à la même heure après avoir pris son repas dans le calme. Un bébé a besoin de voir sa maman plus qu'une heure par jour et une journée complète par ci par là. C'est en tout cas ma vision des choses.

Coquillette a beau être mon premier enfant, j'ai donc décidé de prendre un congé parental d'un an (au moins pour commencer). Avec ce que ça implique, c'est-à-dire aucune aide financière supplémentaire au-delà de ses 6 mois (et ce n'est pas non plus mirobolant pendant les 6 premiers mois, hum). 

Pour mon mari et moi, c'était pourtant une évidence, c'est un confort de vie que nous offrons à notre fille et dont nous bénéficions aussi bien sûr. Nous étions donc d'accord pour ce sacrifice financier.

Quand j'explique ça aux gens, proches, moins proches, on me répond systématiquement : "c'est bien si tu peux te le permettre". Mais qu'est-ce que ça veut dire exactement, pouvoir se le permettre ? Nous ne sommes pas riches DU TOUT. En réalité, nous sommes même en dessous du seuil de pauvreté. Les gens ne le voient pas, parce que nous avons anticipé cette situation : notre désir d'enfant allait de paire avec ce désir que je sois présente à ses côtés et nous avons épargné, des mois durant. Nos salaires sont tout ce qu'il y a de plus modeste mais nous avons réduits nos frais qui pouvaient l'être, nous avons fait attention à nos dépenses en énergie, nous avons cessé d'acheter des choses qui n'étaient pas strictement nécessaires. Donc, oui, aujourd'hui, je peux me permettre d'être en congé parental tout en continuant à rembourser le prêt de notre maison, à payer nos factures et à acheter à manger, sans aides. Mais je ne m'achète plus de vêtements neufs depuis des mois (sauf carte cadeau reçue pour un anniversaire par exemple), nous n'allons plus au restaurant ou très rarement, nous achetons nos livres en braderie, nous n'avons pas de smartphone mais de vieux téléphones portables vieux de 3 ans déjà. Les seuls petits extras que nous nous autorisons sont pour notre fille : les bébés nageurs pour lesquels nous avions soigneusement gardé les chèques vacances, des vêtements, des jouets... Et nous vivons heureux ainsi, même si j'ai parfois un pincement au coeur en regardant un super pull dans une vitrine, ou de jolies bottes dans le magasin où je suis venue acheter des chaussons bien chauds pour l'hiver pour Coquillette.

Mais ce que nous faisons, tous les gens qui nous disent "c'est bien si vous pouvez vous le permettre", sous-entendant qu'eux ne peuvent pas parce qu'ils ne gagnent pas assez, pourraient le faire eux aussi s'ils le désiraient vraiment ! 

J'aimerais parfois leur ouvrir les yeux, leur dire : nous gagnions bien moins que vous même lorsque je travaillais encore ! Dans votre langage, nous ne pouvons PAS nous le permettre ! 

Et vous, le congé parental, vous en pensez quoi ? En avez-vous fait l'expérience ?

 


Commentaires

 

1. Faiza B.  le 24-11-2013 à 00:01:54  (site)

Ha mais carrément quoi!!! Je suis en congé parental, et combien de fois ai-je entendu cela!!!
j'en parlais à une amie récemment, et je disais pareil que toi : nous avons économisé des mois avant pour pouvoir nous le permettre, et on fait des choix..; Je suis 100% d'accord avec toi!
ps : je ne savais pas du tout qu'il était possible de prolonger le congé parental au-delà de 6 mois pour un premier enfant! Merci pour l'info!

2. mamanh24  le 24-11-2013 à 00:05:16  (site)

Bonsoir Faiza !
Contente de voir que je ne suis pas la seule à voir les choses comme ça !
Sinon, tu as le droit de prendre jusqu'à 3 ans de congé parental même pour un premier enfant ! Simplement, tu n'as pas d'aides au-delà des 6 mois de l'enfant.
Bonne soirée !

3. unemamandanslaville  le 24-11-2013 à 08:44:25  (site)

Je pense que les gens qui expriment ce genre de commentaire désobligeant et mal poli sont des personnes frustrées et bien souvent jalouses de ne finalement pas avoir fait de même pour leur(s) enfant(s)! Ces gens là ne seraient pas capables de "sacrifier" leur train de vie pour leur p'tit bout...et se disent donc "je ne peux pas me permettre de..." Enfin, c'est ce que je pense! Tu sais à l'époque de nos parents, il n'y avait aucune aide (aussi dérrisoire soit elle maintenant...) même lorsque tu avais plusieurs enfants et ma mère a carrément pris 2 ans de congés sans solde pour la naissance de mon p'tit frère, ils se sont serrés la ceinture, ont bien des fois été dans la merde financière, ça personne ne le voyait, ils n'ont rien demandé à personne...MAIS ils étaient HEUREUX et nous aussi d'avoir notre maman près de nous! Aucun n'a jamais regretté cette décision, même si une promotion est passée sous le nez de ma mère et ne lui a plus jamais été reproposée à son retour...Etre maman à plein temps c'est pas facile tous les jours, mais pour moi il n'y a rien au monde de plus gratifiant que de voir son enfant grandir et s'épanouir à ses côtés. Tu as fait un choix extraordinaire, laisse les gens parler, c'est souvent de la jalousie mal placée et de la méchanceté gratuite!

4. Di  le 24-11-2013 à 14:20:04  (site)

Je rencontre les mêmes arguments quand j'en parle. Avec mon homme, on gagne 1600 net par mois, j'ai pas honte de le dire. J'ai un travail précaire et là non plus, je n'ai pas honte de le dire. Je travail dans l'animation et je gagne 400 euros net par mois avec des horaires olé olé qui m'empêche d'avoir un job en à côté. Quand j'aurais un bébé, j'arrêterais de travailler. Parce que pour moi, c'est important qu'un bébé reste près de sa mère mais aussi parce que je paierais plus en mode de garde que ce que me rapporte mon salaire. Alors, c'est vraiment risible non ? Payer plus que son salaire pour faire garder son bouchon alors qu'on pourrait être avec lui à la maison à le regarder grandir et s'épanouir. Les gens ne comprennent pas. Même ma mère ne comprend pas. Pour elle, rester à la maison, c'est un luxe pour les gens qui ont des pépettes. Pour nous, c'est un choix de vie et un choix financier. Mais te gène surtout pas pour remettre les pendules à l'heure, ça soulage ... Clin doeil1

5. mamanh24  le 24-11-2013 à 20:56:01  (site)

Merci pour vos commentaires et vos témoignages ! Je suis heureuse que mon article ait pu susciter des réactions aussi positive vis à vis du congé parental et je ne m'en sens que plus confiante en mon choix ! Bravo à vous pour vos propres choix de vie ! Cela dit, je ne souhaite absolument pas pour autant critiquer les mères qui ont continué à travailler, ce n'est pas le but de mon article, je tiens à le préciser. Elles aussi font preuve d'un grand courage en devenant des mamans multitaches. A chacune de faire selon son envie, tant qu'on respecte les choix des autres !
Bonne soirée !

6. Hellopenelops  le 15-12-2013 à 06:22:44

Bonjour,

Billet très intéressant, d'autant plus qu'il est en lien direct avec mes préoccupations du moment.

J'envisage très sérieusement d'opter pour un congé parental de 6 mois pour rester auprès de ma fille. La petite est encore en gestation, mais c'est une chose qui se prépare disons... Sourire

J'ai déjà eu droit, à l'avance, à "C'est bien si vous pouvez vous le permettre"... Comme vous, mon compagnon allons pouvoir nous le permettre parce que nous nous sommes toujours serrés la ceinture et que nous allons continuer à vivre très simplement.

La question que je me pose, au delà des conséquences professionnelles (déclassement, perte d'estime du "patron", critiques des collègues...) est : pourrais-je offrir "ce luxe" (rester à la maison pour l'accompagner les premiers mois) à mon second enfant ? Je veux dire, un salaire fixe + une allocation de 500€ : disons que c'est gérable avec un petit. Mais deux ?

Belle continuation Sourire
Pénélope

7. mamanh24  le 17-12-2013 à 21:04:07  (site)

Bonjour Hellopenelops !
Merci pour votre commentaire ! C'est vrai que c'est une question que je me suis posée aussi mais honnêtement, je pense qu'il y a moyen de prendre un nouveau congé parental pour un 2e enfant. Pour le 2e, on a déjà tout le matériel qu'il faut et de toute façon, même pour le premier, vous verrez qu'on reçoit beaucoup d'aides parfois inattendues de la famille : les beaux-parents qui offrent la chambre, une tonne de vêtements qui vient du fils de la nièce du grand-oncle (j'exagère à peine) etc... Si vous faites le choix d'allaiter, seules les couches sont à ajouter au budget familial pendant les premiers mois, ou presque. Et selon le temps que vous laissez entre le premier et le deuxième enfant, vous pouvez à nouveau épargner dès que vous récupérez un salaire à l'issue du congé parental.
Bonne continuation à vous !

 
 
 
posté le 22-11-2013 à 11:56:10

Ce que je retiens de l'allaitement

 

 

Retrouvez cet article en intégralité sur le nouveau blog de Maman 24h/24 à cette adresse : http://mamanh24.wordpress.com/2013/11/22/ce-que-je-reti…e-lallaitement/ 

 

J'ai adoré allaité. Vraiment beaucoup. Et j'en ai profité à fond pendant six mois complets.

Bien avant d'accoucher, et même avant d'être enceinte si je ne me trompe, j'étais convaincue des bienfaits de l'allaitement pour lé bébé et pour la mère. Il y a quantité d'articles sur ce sujet que ce soit sur les blogs, dans des magazines, etc... C'est pourquoi je ne veux pas parler des bienfaits de l'allaitement. Vous les connaissez sûrement déjà tous et ça ne servirait à rien d'y revenir.

Alors pourquoi cet article ? Parce qu'autour de moi, beaucoup de femmes enceintes ou ayant accouché récemment font le choix de ne pas allaiter (attention je ne juge absolument pas, je pense que l'allaitement ne vaut pas le coup si on n'en a pas réellement envie). Et quand je leur demande pourquoi, elles me donnent souvent une réponse qui, quelle qu'elle soit, m'étonne, parce que je n'ai pas constaté ça dans mon expérience, et qui traduisent le plus souvent une peur ou une gêne. Je me dis que peut-être, à force de rabacher les bienfaits de l'allaitement au sein, on en oublie le sentiment des femmes qui ne ressentent plus que la pression qu'on leur met pour qu'elles acceptent de donner le sein. 

Voici donc quelques peurs qu'on m'a citées et sur lesquelles je souhaterais revenir.

 

La fatigue

On nous répète souvent qu'allaiter est fatigant et j'ai même lu qu'une journée d'allaitement équivalait en calories dépensées à la moitié d'un match de foot. Pendant les six mois durant lesquels j'ai allaité Coquillette, régulièrement ma propre grand-mère s'inquiétait : "tu dois être fatiguée !"

Oui. Mais en réalité, ce n'est pas allaiter qui est fatigant, c'est avoir un bébé. Alors oui, quand on allaite, on ne peut pas passer le relais pour nourrir son bébé, on est obligée de se lever à chaque fois la nuit. Mais très franchement, ce n'était pas le plus désagréable : je lisais, j'allais sur Internet, parfois même je m'endormais (Coquillette pouvait téter pendant très, très longtemps). Le plus fatigant, c'est de changer les couches, de faire les lessives, le repassage, la cuisine, le ménage et pour ça, justement on peut vous aider, à commencer par le papa. En fait, je pense que j'aurais été bien plus fatiguée si j'avais dû me lever la nuit pour préparer un biberon, le faire chauffer, le laver, le stériliser, etc... 

 

Le bébé ne fait pas ses nuits

Alors là, sauf exception, je dirais qu'aucun bébé ne fait ses nuits lors des premières semaines. Et si vous avez lu  vous saurez que ma fille allaitée dormait dix à onze heures d'affilée par nuit à 6 semaines, toutes les nuits, alors que certains bébés nourris au biberon ne font leurs nuits que bien plus tard. Pour moi, tout dépend du bébé, pas de son mode d'alimentation.

 

J'ai de trop petits seins/tétons

Je mets du 85B et une fois, dans une boutique de lingerie, une vendeuse m'a dit que je devrais porter du 80A (je ne suis plus jamais retournée dans cette boutique...). Mes tétons sont eux aussi ridiculement petits. Mais le corps change avec la montée de lait, et vous n'imaginez même pas à quel point. Je ne croyais pas que ça puisse m'arriver à moi, malgré ce que m'avait expliqué une amie puéricultrice. Et ben si, j'ai pris deux tailles de poitrine en une nuit. Dans mon salon, j'ai encadré une photo de la Coquillette et moi ce jour-là, vous n'imaginez même pas comme je suis fière de ma poitrine sur cette photo... Et Coquillette a trouvé où mettre la bouche sans aucun souci.

 

C'est douloureux

Là je ne vous contredirai pas. La première tétée n'est pas douloureuse, mais dès le deuxième jour, j'ai commencé à avoir mal aux mamelons. J'ai saigné, un petit peu, et ça n'a pas duré très longtemps. Mais j'ai eu mal pendant deux semaines environ. Les premières nuits ont été les pires, à la maternité, quand Coquillette voulait téter tout le temps (avant la montée de lait). J'appréhendais à chaque fois que je voyais sa petite bouche s'approcher de mon sein, mais ça fait bien moins mal que d'accoucher, alors je pouvais le supporter. Et puis il y a la crème, la fameuse lanoline que l'on peut s'appliquer généreusement et qu'on n'est pas obligé d'enlever avant d'allaiter. Il n'y a pas que ça qui fait mal. On sent les montées de lait, c'est bref, mais ça surprend et il n'y a pas grand monde qui nous prévient. Et puis prendre deux tailles de poitrine en une nuit, ce n'est pas sans contrepartie... Prendre ma douche était un calvaire parce que je devais retirer mon soutien-gorge d'allaitement et j'avais l'impression d'avoir deux boules de bowling sous la peau des seins. Mais ça ne dure pas non plus. Après deux semaines environ, on ne sent plus de douleurs du tout. 

 

On ne peut pas allaiter partout

En fait si. Ou pratiquement. On peut le faire très discrètement : il y a des vêtements d'allaitement qui sont très bien faits pour allaiter en toute discrétion, mais on peut aussi simplement mettre une chemise, ou un T-shirt suffisament décolleté pour qu'il se glisse sous le sein, et s'enrouler dans un foulard ou un châle quand le bébé est en place. Parfois les gens vous regardent bizarrement (mais ce n'est pas vous le problème, c'est eux), mais la plupart du temps on ne vous accorde même pas un regard. J'ai allaité dans un parc, sur des aires d'autoroute, au bord de la mer (magique). Et n'oubliez pas qu'il est possible de tirer son lait à l'avance si cela vous gêne d'allaiter en public.

 

Bien sûr il y a des inconvénients, des choses pas très agréables. En vrac : devoir porter un soutien-gorge la nuit, se réveiller trempée parce que son bébé fait ses premières nuits complètes et que nos seins n'ont pas encore pris l'habitude, devoir s'exiler d'un repas avec des amis le temps de nourrir son bébé (quoique rien ne vous empêche de faire ça à table, tout est une question de choix personnel)...

 

Mais à côté de ça, il y a tellement de trucs trop bien (sans parler des bienfaits, encore une fois). D'abord, c'est tellement pratique d'avoir le lait toujours prêt, à bonne température, en quantité adaptée, n'importe où, sans avoir besoin d'emmener quoi que ce soit comme matériel. Et puis c'est agréable : avoir son bébé tout contre soi, sentir ses toutes petites mains qui vous massent (un peu hard avec les mains froides, je vous l'accorde), le voir s'endormir en tétant et se mettre à sourire aux anges, là, tout contre vous. Enfin, ça vous donne une super occasion pour vous asseoir dans votre canapé, ou dans votre lit sous la couette si ça vous chante, pour vous reposer, pour lire. Je voyais les tétées comme les moments de pause dans la journée ! C'est encore mieux si pendant ce temps là, le papa prépare à manger et vous apporte votre assiette. Car comme me l'a dit une pédiatre : "les clefs d'un allaitement réussi, c'est l'accompagnement de l'entourage"

 

Juste pour vivre ces moments magiques, et sans prendre en compte les bienfaits pour le bébé encore une fois etpour votre organisme encore une fois, je ne peux que vous encourager à essayer au moins quelques jours ! Et ne vous arrêtez pas juste avant la montée de lait, ça arrive souvent mais c'est trop dommage ! Car vous n'aurez connu que le pire sans avoir le droit d'être récompensée pour vos efforts. 

Bien sûr pour certaines femmes ça ne marche pas comme elles le voudraient. Ce n'est pas grave, il y a des tas d'autres moments magiques à vivre avec son bébé. Au bout d'un moment (3 semaines, 6 semaines, 3 mois, 6 mois environ), il y a aussi des pics de croissance qui rendent les choses un peu plus compliquées, il faut quelques jours pour que votre production de lait s'adapte, pendant lesquels je vous conseille de ne plus vous consacrer qu'à votre bébé et à votre repos, dans la mesure du possible. Mais ce n'est pas toujours possible. Moi-même, j'ai arrêté à 6 mois, je n'avais plus assez de lait et je ne comptais pas continuer beaucoup plus longtemps de toute façon, je ne me suis donc pas acharnée et je suis passée au lait artificiel peu à peu. C'était le bon moment pour le sevrage, je crois. Je garderai un excellent souvenir de ces six mois en tout cas, avec le recul je me souviens à peine des moments difficiles, et je recommencerai sans aucun doute si j'ai un autre bébé un jour.

 

Si vous avez d'autres questions concernant l'allaitement, d'autres peurs, que vous soyez future ou jeune maman, n'hésitez surtout pas à m'en faire part dans vos commentaires. J'y répondrai avec plaisir ! Bonne journée !

 


Commentaires

 

1. wolfe  le 23-11-2013 à 17:25:54  (site)

Bonsoir
Concernant la gène, je pense que c'est surtout du au regard extérieur qui pousse les femmes à ne pas allaiter leurs enfants en dehors de la maison. On les regarde souvent d'un mauvais oeil ou alors (et malheureusement, j'ai déjà vu cela et je trouve ça honteux) on leur demande d'arrêter ou de partir alors qu'elles sont dans leurs droit.
Bisous

2. mamanh24  le 24-11-2013 à 00:00:23  (site)

Bonsoir Wolfe !
Tu as raison, et c'est bien malheureux que certaines personnes soient à ce point intolérantes envers les mères allaitantes. En ce qui concerne mon expérience cependant, je n'ai eu affaire qu'à des regards curieux ou surpris tout au plus. Je pense qu'il n'y a qu'une minorité de personnes qui portent un regard malveillant sur les mères qui allaitent en public.
Merci pour tes commentaires réguliers sur mes articles que j'ai beaucoup de plaisir à lire !
Bonne soirée !

3. capri  le 25-11-2013 à 10:46:23  (site)

Rien de plus beau et de plus naturel que d'allaiter son bébé, un instant magique qui apporte surement plein de bonheur à la maman et à son enfant...

Merci

4. Ombellina  le 27-11-2013 à 22:52:18  (site)

Bonsoir,

J'ai également allaité mes deux enfants, je ne le regrette pas, même si le 1er allaitement a été un peu plus difficile.
Pour mon fils, le petit dernier, j'ai allaité pendant 7 mois et demi ; le sevrage s'est mieux passé pour mon fils que pour moi ;-)

Ces moments d'échange avec nos enfants sont uniques.
Allaiter ne fatigue pas_ comme tu le dis_ c'est avoir un bébé tout simplement, car notre enfant a besoin de toute notre attention et de notre présence.
Je trouve même que j'étais plus zen pendant l'allaitement, je m'endormais comme une masse lol

A côté de cela, il y'a les tâches ménagères, la cuisine à gérer, c'est l'ensemble qui fait qu'on ressent légitimement de la fatigue.
J'ai eu de la chance, car le papa s'est beaucoup impliqué.
Son aide a été précieuse :3

5. mamanh24  le 28-11-2013 à 16:35:41  (site)

Bonjour Ombellina !
Comme toi, le sevrage s'est mieux passé pour ma fille que pour moi. A vrai dire, ça me manque d'allaiter, et mes seins sont redevenus ridiculement petits ! Pour ma fille, ça a été tout seul alors qu'avant elle ne voulait jamais de biberon !
Bonne journée !

6. ombellina  le 28-11-2013 à 17:58:31  (site)

En ce qui me concerne, j'ai terminé mon allaitement en 2011, donc cela date.
J'en garde globalement de très bons souvenirs !

J'oubliais de donner mon avis sur l'allaitement en public.
Je n'étais pas gênée pour nourrir mon fils à l'extérieur, mais je le faisais de manière discrète.

En fait, même si beaucoup acceptent et comprennent qu'allaiter est naturel, il en reste qui sont gênés et très mal à l'aise, en voyant une femme donner le sein.
J'ai un exemple précis en tête, du vécu, la gêne de ces personnes a fait que sur l'instant, j'étais devenue moi-même embarrassée.

Bonne soirée et à bientôt !

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article